Header 1

Le 3*3 ? La discipline qui monte, qui monte

Désormais discipline olympique, le 3*3 devient de plus en plus populaire. La Coupe d’Europe organisée à Paris en est un bel exemple.

Les sports jeunes et urbains sont, on le sait, le nouveau crédo des organisateurs des JO. Capter leur audience explique d’ailleurs l’inscription de certaines nouvelles disciplines au calendrier de la plus prestigieuse des compétitions mondiales. Le basket 3*3 en fait partie. A Tokyo, les Tricolores ont ainsi terminé quatrièmes chez les filles (l’équipe masculine n’était pas parvenue à se qualifier), et ont su drainer derrière elles tout un public.

Celui-ci était au rendez-vous de la Coupe d’Europe organisée au Trocadéro le week-end dernier. « C’est la première fois que je faisais un tournoi de 3*3 sous la Tour Eiffel. Ça fait super plaisir de retrouver du monde » a apprécié Migna Touré, numéro une mondiale de la discipline. Ça va dans la continuité de ce qu’on fait depuis plusieurs années maintenant. On a eu la chance de participer aux Jeux Olympiques, à de nombreuses compétitions internationales. En accueillant le championnat d’Europe, on va permettre de promouvoir la discipline encore plus ».

Sa coéquipière Marie-Eve Paget pense de son côté qu’ « être à la maison devant notre public pour nous encourager alors que ça fait un an et demie qu’on n’en a pas… c’est vraiment génial. Je pense vraiment que le 5e homme a vraiment tenu son rôle ». Les nombreuses vidéos publiées sur les réseaux sociaux montrent que l’ambiance aura été incandescente pendant toute la durée de l’événement, notamment lorsque les Bleues ont remporté le bronze.

Outre le fait de professionnaliser davantage la discipline, autour notamment d’un championnat de joueurs spécialistes, les instances vont devoir entretenir l’intérêt grandissant autour du 3*3. « Sur les réseaux on a pu voir tout l’engouement des personnes qui ont découvert cette discipline, d’autres qui l’ont redécouvert. Certains ne s’attendaient pas à ce que ce soit comme ça. Le fait que ça soit dans un contexte olympique a donné une plus-value à la discipline. Les gens ont vraiment kiffé. On est entre guillemets les visages que l’on peut mettre sur cette équipe de France. Ça créé beaucoup d’engouement autour de nous. C’est que du bonus pour la discipline ».